Paroisses de Chaville
http://paroissechaville.com/J-ai-soif-Une-lettre-de-Mere-Teresa
    J’ai soif... Une lettre de Mère Térésa

J’ai soif... Une lettre de Mère Térésa

  • Télécharger l'article au format PDF Imprimer cet article
  • 15 février 2016
  • réagir

Une lettre de Mère Térésa écrite le 25 mars 1993 pour faire éveiller l’Amour de Jésus, nous faire découvrir "la soif" de Jésus pour chacun..


Mes chers enfants,

Jésus veut que je vous répète encore une fois à quel point il aime chacun d’entre vous au-delà de tout ce que vous pouvez imaginer. J’ai peur que certains d’entre vous n’aient pas encore vraiment rencontré Jésus, face à face, seulement vous et Jésus. Nous passons du temps dans la chapelle mais avez-vous vu son regard d’amour avec les yeux de votre âme ? Connaissez-vous vraiment le Jésus vivant, non pas à travers les livres, mais à travers sa présence dans votre cœur ? Avez-vous entendu ses mots d’amour ?

Demandez la grâce, il veut vous la donner. Ne renoncez jamais à ce contact intime quotidien avec Jésus, en tant que personne vivante et non pas seulement en tant qu’idée.

Comment pouvons-nous passer une seule journée sans entendre Jésus nous dire « je t’aime » ? Impossible. Notre âme en a besoin tout autant que notre corps a besoin d’air pour respirer. Sinon, la prière est morte – la méditation n’est qu’une pensée sèche. Jésus veut que chacun d’entre vous l’entende – il parle dans le silence de votre cœur.

Prenez garde à tout ce qui peut gêner ce contact personnel avec Jésus vivant. Les coups de la vie, et parfois nos propres erreurs, peuvent nous donner l’impression qu’il est impossible que Jésus vous aime vraiment, tienne véritablement à vous. C’est un danger qui vous menace tous. Et un danger si triste, car c’est l’exact opposé de ce que Jésus veut vous dire, de ce qu’Il attend de vous dire.

Non seulement il vous aime, et même plus : il vous désire. Vous lui manquez quand vous êtes loin de lui. Il a soif de vous. Il vous aime toujours, même quand vous vous en sentez indignes. Même quand les autres vous rejettent, même quand vous vous rejetez – il est celui qui vous accepte toujours.

Mes enfants, vous n’avez pas besoin d’être différents pour que Jésus vous aime. Ayez seulement la foi, vous lui êtes précieux. Amenez toutes vos souffrances à ses pieds, ouvrez-lui seulement votre cœur pour qu’il vous aime comme vous êtes. Il fera le reste.
Vous savez tous que Jésus vous aime mais dans cette lettre c’ est votre cœur que Mère veut toucher, pas votre raison. Jésus veut éveiller vos cœurs pour ne pas perdre notre amour précoce (…).

Après avoir lu la lettre (de Jean-Paul II) sur « J’ai soif », je ne peux vous dire à quel point j’ai été frappée. Sa lettre m’a fait comprendre plus que plus jamais la beauté de notre vocation. Comme l’amour de Dieu pour nous est grand quand il nous choisit pour apaiser la soif d’amour de Jésus – nous conférant notre place spéciale dans l’Eglise. En même temps, nous n’oublions pas le monde de cette soif, quelque chose qui avait été mis de côté.

J’ai écrit au Saint-Père pour le remercier. Sa lettre est le signe que chacun d’entre nous doit aller plus avant dans la soif de Jésus. C’est également le signe que le moment est venu de parler, ouvertement du cadeau que Dieu m’a offert le 10 septembre, d’expliquer autant que possible ce que la soif de Jésus signifie pour moi.

Pour moi, la soif de Jésus est quelque chose de si intime que je n’ai pas osé vous parler du 10 septembre avant, je voulais faire comme Notre-Dame qui a « gardé toutes ces choses dans son cœur ». Les mots de Jésus sur le mur de toutes les chapelles des Missionnaires de la Charité ne viennent pas seulement du passé, ils sont vivants ici et maintenant, ils vous sont adressés. Comprenez-vous ? Dans ce cas, vous entendrez, vous sentirez sa présence. Laissez-la devenir aussi intime pour chacun d’entre vous qu’elle l’a été pour Mère, c’est la plus grande joie que vous pourriez me donner.

Jésus lui-même doit vous dire « J’ai soif ». Entendez votre propre nom. Pas une seule fois, mais tous les jours. Si vous écoutez avec votre cœur, vous entendrez, vous comprendrez.

Pourquoi Jésus dit « J’ai soif » ? Qu’est-ce que cela signifie ? Si vous devez retenir quelque chose de la lettre de Mère, retenez ceci : «  J’ai soif » est bien plus profond que Jésus vous disant « Je vous aime ». Tant que vous ne savez pas au plus profond de vous que Jésus a soif de vous, vous ne pouvez pas savoir qui il veut être pour vous. Ou qui il veut que vous soyez pour lui.

Ecoutez la soif de Jésus. Comment approcher la soif de Jésus ? Un seul secret : plus vous serez proches de Jésus, mieux vous connaîtrez sa soif. Jésus nous disait : « se repentir et croire ». Pourquoi devons-nous nous repentir ? Pour notre indifférence, la dureté de notre cœur. En quoi devons-nous croire ? Jésus à soif, même maintenant, dans votre cœur et dans les pauvres, il connaît votre faiblesse. Il veut seulement votre amour, il veut seulement la chance de vous aimer. Il n’est pas pressé par le temps.

Quand nous sommes proches de lui – nous devenons les compagnons de Notre-Dame, saint Jean, sainte Madeleine. Entendez-le. Entendez votre propre nom. Rendez ma joie et la vôtre totales.

Mère Térésa, Lettre de Vârânasî (Bénarès, Inde, 25 mars 1993)

Réagir à cet articleRéagir à cet article

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Dans l'Eglise

Diocèse de Nanterre

Eglise de France

Zenit, le monde de Rome

La Croix, urbi et orbi

Agenda
juin 2017 :

Rien pour ce mois

mai 2017 | juillet 2017

Bonnenouvelle.fr

Saint(s) du jour

Lectures du jour

Bonnenouvelle.fr