Paroisses de Chaville
http://paroissechaville.com/La-fete-du-Corps-et-du-Sang-du-Seigneur
      La fête du Corps et du Sang du Seigneur

La fête du Corps et du Sang du Seigneur

  • Télécharger l'article au format PDF Imprimer cet article
  • 31 mai 2015
  • réagir
  • 1 vote

C’est le dimanche 7 juin que nous fêtons le Corps et le Sang du Seigneur, l’Eucharistie, pain qui nourrit en nous la vie éternelle.


Pour le premier homme, avant qu’il ne naisse, Dieu avait préparé de quoi se sustenter ; de même, pour le second, avant qu’il ne renaisse, il a confectionné d’avance de quoi se nourrir. C’est pour cela que, avant sa résurrection unique, figure de notre première résurrection et exemplaire de la seconde, le Christ, au Jour du Calice, a converti le pain et le vin en sacrement de son Corps et de son Sang.

Comme il a créé du vieil homme l’homme nouveau, ainsi il a transformé la vieille nourriture du vieil homme en un nouvel aliment pour l’homme nouveau. « Voici, est-il dit, que je fais toutes choses nouvelles » : une nouvelle créature, une nouvelle nourriture, une nouvelle vie ; une nouvelle naissance, une nouvelle mort, une nouvelle résurrection.

« Le premier homme, créé âme vivante », a besoin d’un aliment afin de ne pas perdre la vie, mais, grâce à lui, d’être soutenu, de croître et de se fortifier en elle ; non point pour acquérir une autre vie par cet aliment, mais pour ne pas périr d’inanition, car seule l’âme peut donner la vie, mais à elle, seule, elle ne peut la maintenir. De même, « la nouvelle créature dans le Christ », avant que la seconde résurrection ne fasse d’elle « un esprit vivifiant », a besoin, après la première régénération, d’un aliment pour vivre, croître et se fortifier dans la vie que lui a donnée cette régénération ; non point pour recevoir, après la grâce du baptême, une autre vie par l’eucharistie, mais pour ne pas perdre par inanition la vie qu’elle a reçue. C’est en vue d’une seule et même vie que nous sommes régénérés et que nous sommes nourris par les divers sacrements.

Nous ne sommes pourtant pas accomplis en elle avant de naître une troisième fois « esprit vivifiant », tel qu’est né ou a été fait le Christ sortant du sépulcre, selon la parole de l’Apôtre « Le second homme a été fait esprit vivifiant ».

Alors, la chair tout entière vivra immédiatement et complètement de l’âme seule ; l’âme tout entière vivra immédiatement et parfaitement de Dieu seul ; car ni la chair n’aura besoin d’aliments, ni l’âme de sacrements. Alors, les fils de Dieu, tous autant qu’ils sont, s’entendront dire, en toute vérité, sécurité et plénitude : « Tu es mon fils, car moi, aujourd’hui, je t’ai engendré », puisque j’ai achevé de t’engendrer.

Isaac de l’Etoile
Deuxième sermon pour le Jour de Pâques, Sermon 41, 6s, SC 339, p. 33s

Réagir à cet articleRéagir à cet article

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Dans l'Eglise

Diocèse de Nanterre

Eglise de France

Zenit, le monde de Rome

La Croix, urbi et orbi

Agenda
Bonnenouvelle.fr

Saint(s) du jour

Lectures du jour

Bonnenouvelle.fr