Paroisses de Chaville
http://paroissechaville.com/Qu-est-ce-que-la-Terre-Sainte
      Qu’est-ce que la Terre Sainte ?

Qu’est-ce que la Terre Sainte ?

  • Télécharger l'article au format PDF Imprimer cet article
  • 29 septembre 2014
  • réagir

La réponse pourrait sembler évidente, pourtant l’expression « Terre Sainte » évoque à elle seule des millénaires d’histoire : les histoires de différents peuples et de différents pays.

Du point de vue géographique, biblique, spirituel, sans écarter les implications politiques ou apolitiques de cette appellation, la question « qu’est-ce que la Terre Sainte ? » mérite d’être posée, non pas peut-être pour apporter une réponse figée mais pour inviter à la réflexion.


Un peu de géographie biblique

Les « pèlerinages en Terre sainte » se multiplient et l’expression est reprise un peu partout. Pourtant, la définition historique et géographique peut changer selon les points de vue. Pour les chrétiens, c’est le nom donné à la région où est né et a vécu Jésus, avec une importance toute particulière accordée à Jérusalem, là où Il est mort et ressuscité. Ce qui aujourd’hui correspondrait aux frontières d’Israël et du territoire syrien annexé du Golan (environs de la région de Baniyas, Panéas ou Césarée de Philippe), la Palestine (Cisjordanie et bande de Gaza), englobant la côte méridionale du Liban (avec Tyr et Sidon), une partie de la Jordanie (Béthanie-au-delà-du-Jourdain), ainsi que Égypte, notamment avec l’épisode de la fuite en Egypte de la Sainte Famille.

Le nom de Palestine est inventé par les Romains deux siècles après Jésus et n’apparaît pas dans la Bible. Dans les Evangiles, on utilise les termes de Galilée, de Samarie, de Judée, les provinces romaines. Quant à l’expression « Terre Sainte », elle n’apparait que deux fois dans la Bible, dans l’Ancien testament, d’abord dans le livre de l’Exode (Ex 3,5) lorsque le Seigneur manifeste sa présence à Moïse à travers le buisson ardent. C’est là que Dieu dit à Moïse : « Ôte tes sandales de tes pieds, car le lieu que tu foules est une terre sainte ». Ensuite dans le livre de Zacharie (2.12) “L’Éternel possédera Juda comme sa part Dans la terre sainte“. La Terre Sainte abriterait donc les évènements de l’ensemble de la Bible, pas seulement des Evangiles. Le pays d’Ur d’où part Abraham, l’Egypte que fuit Moïse, la Syrie, le Liban, etc… Dieu promet à Abraham une terre qui s’étend « depuis le fleuve d’Égypte jusqu’au grand fleuve, le fleuve d’Euphrate » (Genèse 15­,18) : ce qui inclut l’Égypte et la Mésopotamie. Mais plus tard, Dieu promet la Terre de Canaan, aujourd’hui Israël et la Palestine.

Le terme Israël quant à lui, apparaît pour la première fois dans la Bible pour désigner le nouveau nom de Jacob, fils d’ Isaac et petit-fils d’Abraham(Genèse 32, 22-29) quand il se bat avec un ange qui lui dit : « Jacob ne sera plus désormais ton nom, mais bien Israël ; car tu as jouté contre des puissances célestes et humaines et tu es resté fort. ». Israël signifie alors « celui qui lutte avec Dieu est fort ». Après le retour d’Egypte, c’est Salomon qui porte le royaume d’Israël à son apogée, réunissant les douze tribus de Juda. Le royaume disparait après que Nabuchodonosor s’empare de la région et déporte la population juive à Babylone en 721 av. JC. Par la suite, c’est en 1948 dans la déclaration d’Indépendance, que l’Etat nouveau prend le nom d’Israël.

Mais revenons aux Ecritures, la Terre Sainte correspond donc à la terre ou Dieu s’est révélé aux patriarches (Abraham, Isaac et Jacob), aux prophètes, au peuple d’Israël. C’est aussi la terre où l’Eglise est née, et où l’évangile a commencé à être proclamé. Il faudrait alors inclure aussi les lieux foulés par les Apôtres qui sont les premiers à proclamer l’Evangile : Rome, Chypre, la Turquie, la Grèce… ce qui rendrait « sainte » toute une partie de la planète terre ! Les Croisés par exemple, n’ont pas hésité à voir large en leur temps : pour eux la « Terre Sainte » ne désignait rien de moins que toute la région comprise entre le Jourdain à l’Est, la mer Méditerranée à l’Ouest, l’Euphrate au nord et le golfe d’Aqaba ou sud. Ils ont notamment établis les Etats Latins sur leurs routes les menant au royaume de la Jérusalem terrestre : Royaume d’Edesse, de Tripoli, d’Antioche puis plus tard de Chypre. Une géographie incluant les lieux foulés par les Apôtres, notamment par Saint Paul.

Serait-ce que la Terre Sainte, dont le caractère spirituel transcende toute autre point de vue, ne saurait être délimitée par des frontières seulement terrestres ?

Au-delà des clivages et des frontières, pérégriner en « Terre Sainte »

Pèlerins devant le Saint Sépulcre (miniature 15è siècle)

Serait-ce un moyen de se positionner au-delà des clivages politiques que de parler de « Terre Sainte » ? On éviterait alors de se limiter géographiquement, ou de ne nommer qu’une réalité pour mieux nier l’autre. C’est d’ailleurs l’expression utilisée par le Saint Siège pour évoquer l’ensemble de la visite du Pape François au mois de mai 2014, lorsqu’il a traversé et rencontré les officiels de trois pays différents : la Jordanie, la Palestine et Israël. La Terre Sainte porterait donc une vocation spirituelle au-delà de ses frontières humaines, au-delà de ses capacités humaines aussi : être un foyer de paix et de lumière pour le monde entier.

Aujourd’hui la terre Sainte est un lieu de pèlerinage : Seulement entre janvier et mai 2014, 1.4 millions de pèlerins chrétiens sont entrés au St Sépulcre. Le récent conflit à Gaza et l’instabilité de la région en général, ont fortement diminué le nombre de pèlerinages, mais les pèlerins continuent à venir malgré tout. Si les chrétiens viennent en nombre récolter les fruits d’une expérience tangible dans le pays de la Bible ou du « Cinquième Evangile », les nombreuses personnes athées ou en recherche qui viennent en simples touristes ne restent jamais insensibles face à la beauté unique de cette région.

Eva Maurer Morio
article publié sur le site du Patriarcat latin de Jérusalem, 29 septembre 2014

Réagir à cet articleRéagir à cet article

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Dans l'Eglise

Diocèse de Nanterre

Eglise de France

Zenit, le monde de Rome

La Croix, urbi et orbi

Agenda
mai 2017 :

Rien pour ce mois

avril 2017 | juin 2017

Bonnenouvelle.fr

Saint(s) du jour

Lectures du jour

Bonnenouvelle.fr