Paroisses de Chaville
http://paroissechaville.com/Un-elan-missionnaire
      Un élan missionnaire

Un élan missionnaire

  • Télécharger l'article au format PDF Imprimer cet article
  • 4 novembre 2016
  • réagir

Vous trouverez ci-après un extrait de la lettre pastorale de notre évêque (octobre 2016).


Vous savez que cette année nous fêtons les 50 ans de notre diocèse. Il ne s’agit pas seulement de rendre grâce pour un passé riche et fécond ; je souhaite lancer une dynamique missionnaire. Je crois profondément que le Christ, qui nous fait vivre, est ce que nous avons de mieux à apporter à notre monde particu­lièrement blessé après les terribles attentats qui l’ont dévasté. C’est lui, Jésus, qui nous révèle le véritable visage de Dieu qui est amour. Il nous permet de dépasser la colère, l’esprit de vengeance et peut-être même la haine qui commence à grandir dans beaucoup de cœurs en réponse à la haine que nous subissons. Notre pays est troublé et se trouve devant de grandes incompréhensions et incertitudes. En nous rappelant l’épisode évangélique de la tempête apaisée où le Seigneur semble dormir alors que la barque dans laquelle il est embarqué avec ses disciples prend l’eau, il nous faut continuer de croire que le Seigneur Jésus est toujours avec nous et d’un mot peut apaiser les flots en furie. Cette foi qui nous habite donne confiance en Dieu et dans les hommes embarqués dans la même traversée. Elle est l’inverse exact du Radeau de la Méduse où la panique et la détresse amènent les hommes à s’entre-dévorer. L’espérance qui habite le cœur du chrétien consiste à croire que Dieu n’a jamais dit son dernier mot. Ce mot ultime est celui de la charité plus forte que tout. Il s’agit de faire connaître à tous nos frères humains leur vocation fondamentale : « Dieu, en appelant l’homme à l’existence par amour, l’a appelé en même temps à l’amour. L’amour est donc la vocation fondamentale et innée de tout être humain » (Jean-Paul II. Exhortation Apostolique Familiaris Consortio n°11).

La plus grande des charités que nous pouvons apporter au monde est de faire connaître ce message d’amour du Christ qui transfigure non seulement nos vies personnelles, mais l’ensemble de l’humanité.

Cet élan souhaité pourrait s’organiser autour du thème « disciple missionnaire ». Car depuis toujours le Christ nous envoie en mission : « comme le Père m’a envoyé, moi aussi je vous envoie ». L’Église est née d’un acte missionnaire et nous croyons profondément que l’Évangile est une chance pour l’avenir de l’humanité y compris pour ceux qui ne sont pas chrétiens. C’est aussi ce que nous dit le pape François dans « La joie de l’Évangile » n° 120 : « Tout chrétien est missionnaire dans la mesure où il a rencontré l’amour de Dieu en Jésus-Christ ; nous ne disons plus que nous sommes « disciples » et « missionnaires », mais toujours que nous sommes « disciples-missionnaires ». Il ne s’agit pas, bien sûr, d’un prosélytisme qui « oblige et importune », mais d’une mission qui « propose et enthousiasme ». Je reprends encore les propos du pape François : « l’Église ne grandit pas par prosélytisme mais « par attraction » (La joie de l’Évangile n° 14).

Il convient donc de relire notre pastorale à la lumière de cet élan missionnaire. Avec le père Hugues de Woillemont, vicaire général, nous allons entamer les visites pastorales avec ces questions : « Dans notre pastorale comment avons-nous mis en œuvre la mission d’annoncer le Christ ? » et « Comment sommes-nous allés à la rencontre de ceux qui ne viennent plus à nous ou qui ne connaissent pas le Christ ? »

[...]
[…] C’est donc dans une profonde continuité, en ajustant toujours nos propositions pastorales aux besoins de notre époque, que nous voudrions lancer cet élan missionnaire. Le monde a soif. Il convient de lui donner à boire, non seulement une boisson qui le désaltère, mais qui corresponde véritablement à son goût afin qu’il ne la rejette pas. C’est d’abord par notre façon de vivre l’Évangile en vérité que nous
donnerons à nos frères humains l’envie de nous rejoindre et de connaître Celui qui nous donne tant de joie. Car vivre du Christ, c’est déjà vivre la béatitude qu’Il nous a promise au-delà même des vicissitudes existentielles : « Je vous ai dit cela pour que ma joie soit en vous et que votre joie soit parfaite » (Jean 15, 11).

Michel Aupetit, Evêque de Nanterre

Réagir à cet articleRéagir à cet article

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?

Pour afficher votre trombine avec votre message, enregistrez-la d’abord sur gravatar.com (gratuit et indolore) et n’oubliez pas d’indiquer votre adresse e-mail ici.

Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Dans l'Eglise

Diocèse de Nanterre

Eglise de France

Zenit, le monde de Rome

La Croix, urbi et orbi

Agenda
mai 2017 :

Rien pour ce mois

avril 2017 | juin 2017

Bonnenouvelle.fr

Saint(s) du jour

Lectures du jour

Bonnenouvelle.fr