Paroisses de Chaville
https://paroissechaville.com/Chanter-la-gloire-de-Dieu
      Chanter la gloire de Dieu

Chanter la gloire de Dieu

  • Télécharger l'article au format PDF Imprimer cet article
  • réagir
  • 0 vote

Au début de la liturgie du dimanche, nous chantons le Gloria. Cette hymne du IIème siècle était à l’origine une prière du matin de Noël.


Peu à peu elle a été introduite dans la liturgie eucharistique, et son l’usage s’est généralisé : dès le IXème siècle cette hymne est chantée par tous, prêtre et assemblée, comme nous le faisons aujourd’hui.

C’est une hymne. En ce domaine, on constate que chaque époque s’est montrée méfiante et critique à l’égard des périodes précédentes, pourchassant avec plus ou moins de vigueur ce qui n’était plus conforme à sa sensibilité. Il est donc remarquable et révélateur de sa qualité que le Gloria se soit ainsi enraciné dans la liturgie eucharistique et y soit demeuré sans interruption au long des siècles.
C’est une hymne et c’est pour cela qu’elle ne se chante que tout d’une pièce. Il est béni qu’à Chaville nous soyons préservés de l’erreur les ignorants qui veulent en faire une chanson à refrain ! En faisant ainsi, on ne respecterait ni le style ni la nature du texte. Dans certaines assemblées, la chanson à refrain tend à prendre toute la place, or la liturgie est musicalement bien plus riche et bien plus diverse : le chant d’entrée est habituellement un psaume antiphoné, le Kyrie, une litanie, le Gloria, une hymne, le Credo, une prose dogmatique, le Sanctus, une acclamation biblique…
On pourrait méditer longtemps chaque phrase de cette splendide louange.
Elle commence par l’acclamation des anges dont saint Luc nous rend compte au début de son Evangile, elle rend gloire à Dieu qui, par la naissance du Messie, vient sauver les hommes et leur faire don de son amour.
Ensuite, de l’abondance du cœur – c’est cela aussi la prière – les phrases s’accumulent et se bousculent presque ; les verbes se chevauchent et s’entrainent pour exprimer notre adoration : « Nous te louons, nous te bénissons, nous t’adorons, nous te glorifions, nous te rendons grâce pour ton immense gloire ».
Telle une source intarissable, exultation et jubilation jaillissent du fond de nous-même et débordent sur nos lèvres quand nous contemplons le mystère de Dieu. Amoureusement et avec reconnaissance et admiration, nous le détaillons et l’épelons : « Seigneur Dieu, Roi du ciel, Dieu le Père tout-puissant ».
Tout naturellement il nous tourne vers son Fils, le Messie. Dans son humanité, Il reçoit tous les titres de la divinité : « Seigneur, Fils unique, Jésus-Christ ; Seigneur Dieu, Agneau de Dieu, le Fils du Père ».
Puis, d’un trait, dans la conscience de notre misère, notre adoration se fait supplication fulgurante : « Prends pitié de nous, reçois notre prière », avec une grande confiance en la puissance du Seigneur « assis à la droite du Père ».
Alors, notre profession de foi christologique redouble et même triple : « Toi seul es saint, Toi seul es Seigneur, Toi seul est le Très-Haut : Jésus-Christ », puis devient trinitaire « avec le Saint-Esprit », pour s’achever comme elle a commencé, « dans la gloire de Dieu le Père ».
Par un éclatant Amen final, l’assemblée ponctue, comme un point d’orgue, ce grand cri débordant de joie et de lyrisme, magnifique crescendo de foi chanté à la gloire de Dieu.

Réagir à cet articleRéagir à cet article

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Dans l'Eglise

Diocèse de Nanterre

Eglise de France

Zenit, le monde de Rome

La Croix, urbi et orbi

Lectures du jour

Saint(s) du jour

  • J'accepte de recevoir 1 fois par semaine vos informations par email. Désinscription en 1 clic*